google

jeudi 22 décembre 2005

Musique day

Vacances aujourd'hui, ce soir. Alors j'écoute de la musique au boulot. Une radio en ligne : pandora. Et depuis ce matin j'ai de la chance : j'ai eu droit à "Paint it Black" des stones. J'ai eu du Herbaliser, j'ai eu du missy Higgins, du Fiona Apple et même du Eminem (je l'avoue j'aime bien). Une journée aussi musicale ne peut être que bonne. En plus hier j'ai eu mon premier cadeau de noël (cadeau Italien). Donc c'est la fête. Je pars au ski avec mes potes, je vais jouer au squash avec mon frère et tout va pour le mieux. Et au moment ou je vous dis tout ça j'entends le début de "Feelin 98" par Pure Sugar, la chanson qui vous donne la plus grosse gouache de l'univers. J'ai de la chance dans ma vie. Je pense que si tout se passe bien, dans deux secondes la porte de mon bureau va s'ouvrir et des gens colorés vont rentrer en dansant sur... Putain ! Maintenant c'est Pigs on the wings des Floyds. C'est complétement fou aujourd'hui. Où est la caméra ?

lundi 19 décembre 2005

Fatigué

Le post mou. Je vais inventer ça. Là je suis mou. Le ratio fête/dodo de ce WE était trop gros. En plus ce matin il fallait se lever tôt pour enmmener le petit frère passer un entretien pour un stage à la firme. Je suis un peu un enfoiré. Je râle toute la journée contre cette boite et finalement j'envoies mon frère pour passer des entretiens et peut-être y travailler.
Ceci étant dit voilà un résumé du WE en mots choisis...
Vendredi, soirée, recrémaillère, monde, beaucoup, herbe, feuilles à rouler. Samedi, squash, soirée, potes, anniversaire, 28. Dimanche, réveil, tôt, trop, tôt, squash, soirée ( et attention là ça devient fou), star Ac', chorégraphie, chant, Isabaude, Imelda, Henri et Louis. Comprenne qui pourra.
Et une petite private Joke tout de même : papiers jaunes.
Bon, le prochain post sera plus éveillé, promis.

mercredi 14 décembre 2005

Violet

Je suis violet. La powerBall a eu beau faire, je suis violet. J'ai commencé par être jaune, puis vert, puis bleu, ma croissance était fulgurante ! je voyais déjà les étoiles ! Puis je suis arrivé au violet et j'y suis resté. Mes bras et mes doigts ont décidé qu'il fallait absolument que j'en reste là. Je ne verrai donc pas le rouge ni le noir ni le blanc. Juste le violet. En même temps c'est pas mal comme couleur violet. C'est un peu bleu et un peu rouge aussi. C'est au milieu quoi. Bref, il faudra que j'y retourne souvent. Je peux pas rester un violet toute ma vie quand même. J'ai d'autres ambitions moi messieurs dames. Un jour je serai noir, je le sais, je le sens. Je vous tiendrai au courant. En tout cas c'était chouette. Merci Charly.

mardi 13 décembre 2005

Aller plus haut

Ce soir Charly va me montrer sa salle d'escalade. Donc ce soir je retourne faire de l'escalade. Un concours de circonstance complétement fou :
Le troisième colloc est arrivé avec dans ses bagages mes chaussons d'escalade (qui puent toujours autant même aprés un an sans les avoir portés). Et le lendemain, j'apprends que Charly est un grimpeur. Donc ce soir direction VilleJuif, à AntreBlocs pour me casser les bras. On verra si la power ball a servi ou pas. Mais je pense que la réponse est non, je vois pas comment une si petite baballe pourrait m'aider à reprendre la grimpe. En tout cas je suis tout excité...
Je vous raconterai demain.

lundi 12 décembre 2005

Un ange passe

Lundi matin chagrin. Comme tout les lundis. Réveil délicat où l'on échange la chaleur veloutée de la couette contre celle, inconnue et impersonnelle d'une douche. Puis le froid, humide, violent, le visage brûle, les doigts rougissent, la gorge se serre, le pas s'accélère, vite, entrer dans le métro. Chaleur... Courrir, attraper la rame, bousculer, pousser, tenir, s'assoir. Tranquilité... Fermer les yeux. Regarder la jeune fille chaque jour différente, toujours la même assise debout devant derrière moi sourire échangé, on se réveille doucement. Sonnerie, sortir de la rame, froid, humide, violent, le visage brûle, les doigts rougissent, la gorge se serre, le pas s'accèlére, vite entrer dans le bureau. Chaleur...

vendredi 9 décembre 2005

Le vendredi

J'aimerai comprendre.
Comment se fait-il que toutes les merdes du mondes arrivent le vendredi aprés-midi à 15h30. Ca me dépasse complétement. Il y a un truc à faire et tout le monde s'en rend compte à la dernière seconde et là c'est le drâme, l'alerte rouge générale, le branle bâ de con bâ. Mouïse comme dirait le colloc. Et aprés je suis énervé et j'écris des conneries de 40 lignes dans mon blogueu pour rien dire.
Salut à toi peuple des travailleurs du vendredi aprés-midi ! l'avenir t'appartient et les enmmerdes aussi. Rebelle toi ! lève toi de ton siège, enroule toi dans du Jambon et court nu dans ton bureau en agitant les bras ! Fais l'amour à ton PDA, la tête écrasé contre ton Laptop, fouette toi avec le cable de ton téléphone et roucoule comme un pigeon parisien amoureux d'une colombre marseillaise !
Hum, craquage, mais je l'assume et je le poste. Na ! Et j'y retourne parce que ça recommence à chauffer et que **rius fait n'importe quoi...

jeudi 8 décembre 2005

Souriez, le photoblog est arrivé

J'ai un peu bataillé mais il est là, mes premières photos sont en ligne et les suivantes ne vont pas tarder. Voilà le lien que vous pourrez également trouver par la suite dans la colonne de droite, à la rubrique Liens (complétement original). Bien sur je vous demande toute votre indulgence, même si vos commentaires sont les bienvenus comme toujours.
Sinon hier soir c'était Gladine...

mercredi 7 décembre 2005

Longtemps je me suis levé de bonne heure

Demain ce sera mon dernier jour avant la retraite.
Je vais me lever de bonne heure, à 7h35. Sauf si Sarah se lève avant moi pour préparer le petit déjeuner ce qui me fera gagner 6 minutes de sommeil. Je prendrai mon thé, sans lait, sans sucre avec deux biscottes beurrées et un jus d'orange. On discutera de nos prochaines vacances (Sarah ne sera à la retraite que dans 8 mois) sur la côte basque dans ces appartements loués à la saison avec vue sur mer.
Puis je partirai à pied prendre le RER de 8h30. Je passerai ma dernière journée de travail à finir de classer ma vie (environ 64 000 heures de mon existence) avant de manger à la cantine à 13h15 pour ne pas faire la queue. Si j'ai de la chance, pour mon dernier jour il y aura en entrée de ces petits Tapas sous cellophane qui ont un goût tout à fait convenable pour des tapas industriels. Je passerai la fin de mon aprés-midi à saluer tous mes collègues, cette bande de sombres connards qui eux, continuent à croire que leur travail signifie quelquechose. Ensuite je rentrerai chez moi par le RER, dérangé par la proximité de ces gens laids, puants et moroses qui se moquent de ma présence et foulent aux pieds ma tranquilité.
Je retrouverai Sarah, revenue du travail, qui, comme tous les jours depuis 25 ans sera assise devant la télé en train de regarder une de ces émissions de Télé Réalité vestige des années 2000 : la 'Star Ac 49'. Je prendrai mon journal pour le lire dans un coin du salon en me disant que dès demain je pourrai le lire à toute heure de la journée. Je téléphonerai à mon fils Raphaël pour prendre de ses nouvelles. Il me demandera si je suis content d'être à la retraite. Et moi, pour ne pas l'effrayer je répondrai que "oui, je vais enfin avoir le temps de m'occuper de moi".
M'occuper de moi à 68 ans. De moi. Vieux, sec, englué dans mes habitudes avec une femme que je ne connais pas et avec qui je vais devoir passer 20h par jour. M'occuper de mes problèmes de santé. M'occuper de mes futures obsèques (Merci Norwich Union). Repousser sous des prétextes futiles tous mes voyages parce que je ne me sentirai pas en forme et surtout parce que je ne pourrai pas me faire à l'idée de ne pas dormir dans mon lit, de ne pas chier dans mes toilettes et de ne pas pouvoir si je le désire, le matin, me lever de bonne heure...

Il y avait trop de monde dans le RER ce matin :o).

vendredi 2 décembre 2005

Exceptionnel

Et qui dit exception à la règle dit vrai règle. On est allé chez Gladine un Jeudi soir...
Tout ça pour dire que j'étais à Toulouse mercredi pour faire passer des entretiens pour des stages. J'ai rencontré une charmante dame des RH ( marriée ) avec qui j'ai fait passer des entretiens. Et ça c'est quand même pas banal.
On voit arriver de pauvres gars en face de soi, avec les mains qui tremblent, qui disent des conneries. On essaie de les mettre à l'aise mais ça marche pas parce qu'on a un costard et même si on a beau leur dire qu'on est copains, qu'on a fait la même école, qu'ils peuvent se lacher, ben ça passe pas. Et on se rappelle qu'à leur place on était dans le même état. On était stressés, on parlait trop fort, trop mal, on répondait pas aux questions. On essayait de dire ce qu'on croyait que les gens en face voulaient entendre alors qu'ils ne demandaient qu'une chose c'est d'avoir un gars normal en face. Bref. A coté de ça il y avait le sourire de Pri*** qui a suffit à éclairer ma journée. Une fille comme ça, belle, sympa souriante, douce, ça doit énerver pas mal de ses collègues... Au fait, vous connaissez la différence entre exciter et énerver ? "Il y a dix ans ma femme m'excitait, maintenant elle m'énerve..." Bon WE, je vais essayer de poster deux ou trois photos dès lundi comme promis ( Pau*** a dit Oui).