google

dimanche 30 avril 2006

Le joli mois de mai

J'ai mis un moment mais j'ai fait une playlist spéciale love song's (c'est normal c'est le printemps). J'espère que vous aimerez la sélection... Personellement j'ai un petit faible pour la reprise de Be my Baby par Yayahoni et pour Barbara sous la pluie de Nantes.
Bonne écoute.

mercredi 26 avril 2006

Gaga de ma radio goo goo

Bon,
J'avais pas eu le temps de faire un post pour célébrer la naissance de ma radioblog mais elle est là, elle fonctionne, elle est belle (presque, un peu, correcte quoi). Donc vous pouvez écouter une chanson pour le moment mais d'autres sont à venir.
Enjoy...

samedi 22 avril 2006

Retour

Retour de Guyane. Il a fait trés beau et des fois moins mais on s'est bien amusés avec Titom : on est allé à Cayenne, Kourou, Maripassoula, Papaéchton Papaichton, Awala-Yalimapo, Oyapoké (Dou Brasil), aux îles du Salut etc...
Et ben croyez moi ou pas mais c'est vert partout...

Vert
P.S : Merci à nos hôtes et spécialement à celle de Perpignan parce que merde à la fin c'est ma soeur quoi.

jeudi 13 avril 2006

Chaleur

Et c'est pas prêt de s'arrêter...

jeudi 6 avril 2006

Espace pub

Hier soir concert.
Le nom du groupe : "Elevate Newton's Theory" (oxymore trop bô qui déchire, légéreté gravité en même temps la classe putain ça change de pony pony run run tout de même sans vouloir dire du mal).
Puis vient la musique. J'ai déjà dit ça 17 fois hier soir mais c'est énorme (j'ai conscience de la faiblesse du commentaire mais bon je fais ce que je peux).Si vous voulez vous faire un avis allez écouter la revanche du puma en accés libre .
Et merci à Miss 15'V pour son invitation, la soirée était vraiment chouette... Comme d'hab.

mardi 4 avril 2006

Vort aux maches ou autre contrepéterie qui fait bien

Attention, si vous êtes de bonne humeur, ne pas lire ce post, c'est un post énervé par la colère comme aurait dit un chevelu à l'époque où il n'était pas encore tombé amoureux d'une blonde et dans l'alcool.

Monsieur,
En ce beau jour de grève, vous étiez nombreux ce matin à vouloir prendre votre RER (décidément, dès que je suis énervé ça a un rapport avec ce machin à trois lettres). Vous pressant au bord du quai, attendant le train comme un constipé attend son lavement hebdomadaire, vous commenciez votre journée de parisien. Bardés de cravates, costumes, sacs, lunettes et autre sudoku (ça rime avec dépression anale localisée) vous n'avez prêté (encore moins donné, parce que de toute façon rien n'est gratuit en ce bas monde mon bon monsieur ah ah ah ben voui tout fout l'camp) aucune attention au gars dans son fauteuil roulant qui avait l'air d'avoir tout autant envie que vous de prendre le tri-lettre motorisé.
Mais lorsque le bateau vers la terre promise se présente l'humanité fuit. Les instincts les plus primaires se réveillent : les plus fort survivent, les plus faibles attendent le suivant. Sur un plan strictement personnel ces règles du jeu ne sont pas forcèment à mon désavantage, je suis plutôt jeune mais pas trop, pas trop faiblard et si il faut pousser pour se faire de la place je suis physiquement capable d'écraser un vieillard ou d'écarter d'un coup de coude dans les dents un écolier aventureux (ne riez pas j'en ai vu le faire). Mais bizarrement j'ai quelques scrupules à le faire. Et ça s'applique également aux personnes en fauteuil roulant. Au lieu de profiter du fait que la largeur de leur véhicule personnel les empêche de se faufiler jusqu'au sas d'entrée vers un monde meilleur, j'ai tendance à me pousser pour les laisser passer. Exploit que j'ai essayé de rééditer ce matin. Et c'est là que je vais commencer à être énervé. Faisant rempart de mon corps pour laisser le passage à ce mec sur son véhicule à traction à bras je commençais à sentir une pression certaine s'exercer dans mon dos. Pression devenant fébrile au moment où le bip sonore a retentit. Mu par un instinct discipliné par l'utilisation journalière de son appendice portable, un des gentleman pousseurs n'ayant pu (comme moi) pénétrer dans l'habitacle (un peu plein aprés l'incrustation d'un fauteuil) a donc décidé de me laisser un message sobre et clair : "connard".
Mon cher monsieur, qui avez ce matin enlevé la palme de la muflerie j'aurais aimé que vous ayez le courage de me cracher votre venin en face pour que j'ai le loisir d'y répondre. Vous avez préféré fuir cacher votre rancoeur dans la masse aprés avoir vomi votre aigritude (je sais pas si c'est français mais ça mérite de l'être). Je ne vous chie pas dessus pour rester poli et assis sur ma chaise mais l'envie y est. Je ne vous souhaite pas non plus l'accident qui un jour a rendu paraplégique ce jeune homme mais simplement une bonne cheville cassée qui vous fera toucher du doigt (de trés loin) ce que peut être la vie d'une personne qui n'a pas la liberté de ses mouvements. En attendant, monsieur, pensez à bien viser la canne des personnes agées dans les escalators et le nez des enfants de moins de 14 ans (au delà ils risqueraient de se défendre).
Bien cordialement

lundi 3 avril 2006

Posologie

Il ne faut pas abuser des bonnes choses. Mais ça je pense qu'on peut en abuser. C'est un remède contre la mélancolie. Ces mecs sont des machines. Presque aussi bons que Noir Désir dans leur clip de l'Homme Pressé. Et ça c'est pas peu dire.